Les mauvaises pratiques de Ryanair à l’encontre de ses équipages en France

Les hôtesses et stewards des bases de Bordeaux et de Marseille vivent dans la précarité. La compagnie à bas coûts se pose pourtant en modèle.

Par Guy Dutheil Publié aujourd’hui à 10h49

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Des salariés de Ryanair débraient à l’aéroport de Charleroi Bruxelles-Sud, en septembre 2018. Sur la banderole, on peut lire : « Ryanair en grève. Ryanair doit changer. »

Des « salaires » de moins de 500 euros par mois, des hôtesses et des stewards contraints de se loger à cinq dans une chambre d’hôtel, des personnels obligés de « choisir de manger ou de payer leur loyer »…C’est le sort peu enviable d’une centaine de personnels navigants commerciaux (PNC) postés sur les deux nouvelles bases en France – à Bordeaux et à Marseille – de Ryanair, la compagnie irlandaise à bas coût. Habituée à flirter avec les limites des législations sociales en Europe, déjà mise en cause en 2014 pour travail dissimulé, elle est une nouvelle fois vilipendée pour ses mauvaises pratiques.

Le calvaire de la centaine de PNC de la compagnie dirigée par Michael O’Leary a commencé début avril, quand elle a fait son retour en France, avec l’ouverture de ses deux premières bases, à Bordeaux et à Marseille. Pour l’occasion, la compagnie a proposé à des PNC postés en Grande-Bretagne de rejoindre ses deux nouvelles escales françaises. Une proposition alléchante au premier abord, mais qui s’est rapidement transformée en cauchemar.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En proie aux grèves, le modèle Ryanair se fissure

C’est le Syndicat national du personnel navigant commercial-Force ouvrière (SNPNC-FO) qui a levé le lièvre. « Nous avons voulu voir si, cette fois, Ryanair respectait la législation comme elle s’y était engagée », relate Christelle Auster, secrétaire générale du SNPNC-FO et hôtesse de l’air chez Air France. Cette démarche ne doit rien au hasard. L’organisation a participé à la création, en 2014, du Syndicat européen des personnels navigants commerciaux, l’European Cabin Crew Association (EurECCA), et avait assisté, la même année, au procès qui avait abouti à la condamnation de Ryanair.

A Bordeaux et à Marseille, les hôtesses et stewards de Ryanair « pensaient pouvoir bénéficier de la protection sociale française », bien plus favorable qu’en Irlande ou même en Grande-Bretagne, souligne Mme Auster. Il n’en a rien été. Depuis bientôt deux mois, les équipages de la compagnie low cost vivent dans une extrême précarité. « Après un mois de travail complet, en avril 2019, les PNC sont rémunérés très en deçà du salaire minimum et de la rémunération minimale applicable aux salariés français », dénonce la syndicaliste.

« Choquée par son salaire »

« En avril, je n’ai gagné qu’un peu plus de 400 euros », se désole Claire (le prénom a été changé). Une énorme déconvenue. Etablie à Londres pendant six mois, elle percevait « en moyenne entre 1 000 et 1 200 livres par mois [de 1 140 euros à 1 370 euros] ». Mais « je ne crois pas avoir atteint une seule fois cette somme », relève la jeune femme. Elle n’est pas la seule. La centaine de PNC des deux bases n’auraient « gagné que de 540 euros à 620 euros et certains d’entre eux n’auraient même pas été payés du tout », fustige la responsable syndicale.

Источник: Lemonde.fr

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...